Je m’appelle Jean-Louis Paulin, je suis un photographe auteur. C’est-à-dire que je réalise un travail personnel basé sur ma créativité.

Très tôt passionné par les arts visuels (peinture, dessin, photographie, cinéma, graphisme), j’ai finalement jeté mon dévolu sur la photographie avec un goût prononcé pour les paysages tant urbains que naturels.

Ainsi, au gré des opportunités, je laisse mon regard parcourir mon environnement physique, je laisse mes pensées les plus diverses se porter sur le proche et le lointain. Je tâche alors d’évoquer des sensations ou des histoires à travers mes images, un peu dans l’état d’esprit des photographes pionniers dits pictorialistes, si enclins à l’imaginaire et à la subjectivité tout en conservant une pratique technique solide et concrète.

Issu d’une île caribéenne aux caractères lumineux, contrastés et colorés, mais également parfois sombres, ternis ou torturés, ma photographie s’est beaucoup orientée sur un travail des lumières naturelles (ou devenues artificiellement naturelles).
J’exploite ainsi leur incidence sur notre environnement (et indéniablement sur nos pensées…) par des séries de photos paysagères traitées afin d’obtenir une atmosphère visuelle particulière.

Guidé par mon imaginaire et mes influences diverses, je recherche également à initier des récits au travers de silhouettes plongées dans des scènes plus ou moins réalistes.
Au delà de mes choix de composition et de traitement de l’image, chacun reste libre d’y trouver sa propre narration, par son  regard sur le monde, pétri de sa culture et de ses expériences personnelles.

Séries en cours

•  A bien regarder
Une étude photographique sur l’imaginaire à travers la contemplation de scènes plus ou moins paysagères, plus ou moins fantasmagoriques. Le volet monochrome de la série s’oriente plus spécifiquement dans la perspective d’un silence photographique, d’observation ou d’être observé.

•  Tropicalité
Une attention sur cet environnement… Regard porté, définitions et discours, utilisation et transformations.

•  Quatre-vingt-dix-sept-deux-cents
Les fragments d’une ville, une vie de ville.

•  Negative urbanism
Un regard ouvert sur les formes urbaines, sur nos vies urbaines. Interactions entre ce que nous sommes et ce qu’est notre environnement. Positif ou négatif?

•  Paris classique
Une déambulation esthétique

•  Street
Un simple hommage au street art éphémère et à leurs talentueux artistes.

Expositions

2014 – Empreintes Territoriales (exposition collective) – Atrium, Martinique
2015 – A bien regarder – EPCC Atrium, Martinique
2018 – Empreintes Territoriales (exposition collective) – Maison des Collectivités, Martinique